Foire aux questions

Quels sont les rôles d'un conseil d'école dans une école francophone ?

L’exercice des rôles et responsabilités du conseil d’école d’une école francophone se doit d’être en cohérence avec son double mandat, ses valeurs et celles de son conseil scolaire. Comme le souligne la trousse du passeur culturel destinée aux directions d’école (p. 24) « l’école de langue française a deux mandats à remplir. Par le premier, son mandat pédagogique, elle contribue à l’épanouissement individuel des jeunes francophones en leur permettant d’acquérir les connaissances et de développer les habiletés et les compétences nécessaires pour vivre pleinement leur vie adulte. En vertu de son deuxième mandat, sa mission communautaire et culturelle, elle a la responsabilité d’accompagner les jeunes francophones dans leur construction identitaire en facilitant la découverte et l’épanouissement de leur langue, de leur culture et de leur communauté. La construction identitaire est sans aucun doute un facteur essentiel de la réussite scolaire. »

 

Le conseil d’école est conscient de l’importance du continuum avant la naissance en route vers l’école francophone. Il reconnait l’importance de l’offre et de l’accès aux services à la petite enfance avant l’entrée à l’école même si ceux-ci ne sont pas obligatoires. Ainsi, dans ses stratégies, le conseil d’école encourage les liens avec les services à la petite enfance francophone dans son milieu.

 

Atelier offert par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA :

 

Références et autres sources :

Quelles sont les responsabilités d'un conseil d'école ?

Dans sa planification, le conseil d’école doit pouvoir nourrir sa réflexion et ses actions à l’aide des données d’études, de recherches, de sondages, de recensements statistiques et autres qui sont propres aux francophones en contexte minoritaire en Alberta et au Canada. Ces données peuvent être éclairantes dans les discussions du conseil d’école relativement à certains défis et enjeux. Il appartient donc au conseil d’école de se donner les mécanismes pour demeurer « branché » sur les nouvelles connaissances. L’une des façons de s’informer est d’inviter les organismes partenaires en éducation à vous faire parvenir des informations sur les nouveautés circulant dans leurs réseaux.

 

Exemples de partenaires :

 

Ateliers offerts par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA :

 

Références et autres sources :

Comment augmenter la participation des parents?

L’une des responsabilités du conseil d’école est de s’assurer qu’il y ait une relève continue de parents et d’intervenants pour siéger au conseil d’école. Ainsi, il est important de se donner les moyens d’explorer la recherche de stratégies innovatrices pour susciter l’intérêt de la communauté scolaire à participer activement à la vie de l’école francophone.

 

  • Se donner un espace de réflexion pour la recherche de solutions :
    • Exemple : Le conseil d’école peut organiser un rassemblement de sa communauté scolaire pour identifier les défis et les retombées positives de la participation des parents au conseil d’école en lien avec le double mandat de l’école francophone. La Fédération des parents francophones de l’Alberta offre un atelier s’intitulant « Susciter la participation de votre communauté scolaire : Parents qui s’impliquent, toujours les mêmes ! »

 

  • Bien connaitre son milieu :
    • Exemple : Le conseil d’école peut faire un portrait des dynamiques sociales, linguistiques et culturelles pour bien connaître les élèves, leurs parents, les familles fréquentant l’école et aussi les intervenants, les organismes, les institutions de la communauté qui sont partenaires de l’école francophone.

 

  • Identifier les expertises des parents :
    • Exemple : Le conseil d’école peut profiter de la première rencontre de tous les parents en début d’année scolaire pour faire l’inventaire des talents, des intérêts, des expertises des parents de l’école tout en portant une attention spéciale aux langues parlées (français, anglais, autres) pour mieux connaître sa communauté de parents. On encourageant la participation des parents dans des domaines qui les intéressent, on valorise les parents et nos chances sont plus grandes d’accroître le taux de participation des parents à la vie de l’école et à la réalisation du double mandat de l’éducation francophone.

 

  • La place des parents anglophones :
    • Exemple : Dans plusieurs cas, les élèves fréquentant l’école francophone ont un parent anglophone. Donc, il y a toute une opportunité pour le conseil d’école de solliciter la contribution des parents anglophones en créant des mécanismes permettant de rejoindre ces parents et pouvant alimenter le conseil d’école. L’important dans les mécanismes que l’on se donne c’est de demeurer cohérent en lien avec le double mandat de l’éducation francophone et l’espace de vie en français qu’est l’école francophone.

 

Atelier offert par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA:

 

Références et autres sources :

Peut-on forcer la direction d'école à prendre une décision ?

Non, le conseil d’école ne peut pas forcer la main de la direction d’école. Le conseil d’école existe à des fins de consultation. Le conseil scolaire est l’employeur de la direction et c’est envers lui que la direction est redevable. Cela dit, si l’ensemble du conseil d’école est contre une décision prise par la direction, ils peuvent faire une proposition contre la dite décision afin de manifester leur désaccord et faire parvenir cette proposition au conseil scolaire. La direction d’école a tout intérêt de consulter et d’écouter les recommandations de son conseil d’école dans la mesure du possible car les deux sont intimement liés dans la réussite scolaire des élèves. Par contre, la direction est redevable au Conseil scolaire et a aussi des directives à respecter en ce sens.

 

Si les parents n’ont pas l’impression d’être écoutés, ils peuvent toujours se porter candidats aux prochaines élections scolaires. Ils forceront ainsi le débat et obligeront les conseillers sortants à justifier leur décision de ne pas avoir agit comme leur demandaient les parents. Si la contestation est suffisamment forte, de nouveaux élus entreront en place et voteront de nouvelles politiques auxquelles les directions d’école devront dorénavant se conformer.

 

On peut donc conclure que même si le conseil d’école ne peut forcer la direction de l’école à prendre une décision, les parents ont toujours un certain pouvoir au sein des décisions relatives aux écoles.

 

Atelier offert par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA :

 

Références et autres sources :

Est-ce que le directeur de l'école et l'enseignant ont le droit de vote ?

Cela dépendra de vos Statuts et règlements pour la société de parents ou de vos règles opérationnelles pour le conseil d’école. Il n’y a rien dans la loi qui empêche ces personnes de voter sur les différentes propositions. Par expérience, nous savons que certains parents n’apprécient pas l’idée de voir une proposition défaite parce que la direction et l’enseignant ont voté contre celle-ci. Il revient donc aux parents, puisque ce sont eux qui déterminent leurs statuts et leurs règles, de voir s’ils veulent accorder ou non le droit de vote à ces deux «non-parents». Cela étant dit, le conseil d’école DOIT inclure un représentant des enseignants et la direction d’école au conseil d’école. La société de parents n’est pas obligée d’inclure ces deux personnes.

 

Atelier offert par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA :

 

Références et autres sources :

Quelle information doit être communiquée ?

Un conseil d’école est représentatif des parents et d’autres membres de la communauté scolaire au sens large. Il est important que le conseil d’école identifie les moyens de contrôler le pouls de la communauté scolaire et de veiller à ce que les souhaits, les objectifs et les aspirations de la communauté pour son école soient exprimés par l’intermédiaire du conseil d’école.

Il est également important que le travail du conseil d’école – ses conseils au directeur sur les décisions de l’école, les stratégies que le conseil d’école utilise pour améliorer le climat et la culture de l’école, et le soutien continu qu’il apporte au directeur, au personnel et aux élèves de l’école – soient partagés. avec la communauté scolaire.

Une communication ouverte et claire est essentielle pour aider chacun à se sentir inclus dans la communauté scolaire.
L’une des clés d’un conseil d’école efficace est la capacité des membres à bien communiquer entre eux. La responsabilité d’un conseil d’école est de communiquer avec les parents de la communauté scolaire. Il existe plusieurs façons de communiquer le travail du conseil d’école. Voici quelques suggestions qui peuvent être utiles.

Au sein du Conseil

  • Utiliser un formulaire de permission de contacter distribué aux parents / tuteurs, maintenu en sécurité (conformément à la législation sur la protection des renseignements personnels) pour envoyer des avis, des ordres du jour et des procès-verbaux du conseil d’école.
  • Rechercher et développer une liste d’adresses de sites Web, d’entreprises et d’organisations pertinentes et intéressantes à distribuer aux membres du conseil d’école.
  • Créez un compte de messagerie du conseil d’école, soit par l’intermédiaire de l’école, soit séparément (par exemple, gmail). Vérifiez régulièrement les messages. Étant donné que les chaises changent d’année en année, il est recommandé que l’adresse e-mail soit générique plutôt que le nom d’une personne (par exemple, chair@yourschoolname.ca ou schoolnamechair@gmail.com).
  • Réseauter et communiquer avec d’autres conseils d’école, par l’intermédiaire d’un groupe de division du Council of School Councils (COSC), ou à l’échelle provinciale, par l’Alberta School Councils ’Association (ASCA).

Dans la communauté scolaire

  • Inclure les points saillants des réunions du conseil d’école dans le bulletin de l’école ou sur le site Web de l’école.
  • Rechercher des occasions de traduire les bulletins scolaires et autres formes de communication dans les langues couramment utilisées par les parents dans la communauté.
  • Envoyez régulièrement des bulletins du conseil d’école (avis de réunion, autres dates importantes) à la maison avec les élèves.
  • Demandez au journal local de publier un article sur votre conseil d’école.
  • Demandez à un journal ethnique local de traduire et de publier un article sur votre conseil d’école.
  • Cherchez des occasions de réseautage au sein de votre communauté – faites une présentation au conseil municipal ou aux clubs philanthropiques sur le travail du conseil d’école.
  • Gardez les voies de communication ouvertes entre votre conseil d’école et votre conseil scolaire – invitez votre conseiller local / membre du conseil à vos réunions ou assistez à une réunion du conseil.

Une communication efficace par le conseil d’école renforce le soutien à la réussite de ses objectifs. Cela démontre que les parents et le conseil d’école prennent au sérieux l’école, l’apprentissage des enfants et leur engagement en tant que partenaires pour aider à créer un environnement d’apprentissage efficace pour les élèves.

Au minimum, les parents devraient être informés des dates des réunions et avoir accès aux procès-verbaux des rencontres une fois qu’ils sont adoptés. Aujourd’hui, la plupart des écoles ont une section réservée aux parents sur leur site. Une bonne occasion de faire parvenir l’ordre du jour et le procès-verbal de chacune de vos rencontres au responsable du site Internet de l’école pour que ces documents soient ajoutés régulièrement.

Ensuite, il revient aux élus de déterminer si de l’information supplémentaire doit être véhiculée. Un moyen simple et facile est d’avoir un babillard à l’école par exemple.

Atelier offert par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA :

 

Références et autres sources :

Est-ce qu'il faut faire rapport annuellement au conseil scolaire ?

Outre la responsabilité de faire rapport à l’ensemble de la communauté scolaire, les conseils d’école ont le devoir de soumettre un rapport annuel à son conseil scolaire. Ce rapport aide les conseils à mesurer et à rendre compte de la participation des parents et de la communauté au sein de la division.

Le président d’un conseil d’école doit préparer et fournir au conseil, au plus tard le 30 septembre de chaque année, un rapport:

  • résumant les activités du conseil d’école au cours de l’année scolaire précédente, et
  •  un état financier relatif aux fonds gérés par le conseil d’école au cours de l’année scolaire précédente, le cas échéant, et comment les fonds ont été utilisés.

Le conseil d’école doit conserver à l’école une copie du procès-verbal de chaque réunion du conseil d’école (pendant au moins sept ans) et les mettre à la disposition de la commission ou du public sur demande.

(traduction du Resource manual ASCA p.18)

 

Atelier offert par la FPFA :

 

Outils offerts par la FPFA :

 

Références et autres sources :

Est-ce que nous avons besoin d'être assuré ?

Les conseils d’école peuvent être couverts par l’assurance responsabilité du conseil scolaire. La Loi sur l’éducation stipule qu’un conseil doit maintenir une ou plusieurs polices d’assurance qui indemnisent le conseil, ses employés et les conseils d’école (agissant dans le cadre de leur rôle consultatif obligatoire). Un président de conseil d’école est encouragé à vérifier auprès du surintendant ou du président du conseil scolaire pour déterminer les détails de la couverture. Les limitations sont identifiées dans les politiques.

En tant qu’organe consultatif, les conseils d’école n’ont pas besoin d’un compte bancaire sinon une compagnie d’assurance pourrait remettre en question leurs activités et indiquer que le conseil d’école va au-delà de son rôle de conseil légalement mandaté (et de la couverture assurée potentielle).

(traduction du Resource manual ASCA p.17)

 

Références et autres sources :

Quelle est la loi pour les informations à la vie privée ?

Deux lois distinctes régissent l’utilisation des informations personnelles dans les écoles :

  1. FOIP – Les conseils scolaires et les employés des écoles sont régis par la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée (FOIP). La législation FOIP définit la quantité et la nature des informations personnelles qui peuvent être partagées et à quelles fins. Tout le personnel de la division est soumis aux réglementations FOIP lors du traitement des informations personnelles.
  2. PIPA – Les conseils d’école et les associations / sociétés de financement fonctionnent en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels (PIPA). La législation PIPA régit la collecte et l’utilisation des informations personnelles pour les organisations qui ne sont pas des organismes publics.

Ces actes régissent, de leurs manières respectives, le droit d’accès d’un individu aux dossiers et la manière dont les informations personnelles sont collectées, utilisées et divulguées dans les communautés scolaires.

 

(traduction du Resource manual ASCA p.17)

 

Références et autres sources :

Fiches pour les conseils d’école

Autres ressources pour les conseils d’école

RESTONS EN CONTACT

Abonnez-vous à notre infolettre